Aide aux emprunteurs

Le cabinet d’avocats se spécialise dans le traitement des affaires relatives à la reconnaissance des clauses contractuelles interdites en tant que clients non contraignants, ainsi qu’au remboursement des créances non échues des banques appliquant des clauses dites abusives (clauses non autorisées). Cela se manifeste tout d’abord dans la libre détermination par la banque des échéances du prêt indexées au taux du franc suisse.

Par conséquent, du point de vue du client de la banque, il est important qu’il sache si la banque avec laquelle il signe un contrat de prêt n’applique pas de clause, ce qui, à la lumière de la jurisprudence du Conseil de la concurrence et de la protection des consommateurs Cour sont considérés comme illégaux.

En cas de doute, les clauses abusives sont celles qui:

  • subordonner la conclusion du contrat à la conclusion d’un autre contrat qui n’est pas directement lié au contrat en question,
  • ils accordent à l’entrepreneur du consommateur le droit d’augmenter la rémunération après la conclusion du contrat, sans toutefois céder dans l’accord le droit du consommateur de résilier le contrat,
  • en cas de résiliation du contrat, ils privent le consommateur du droit d’exiger le retour de l’avantage réalisé plus tôt que l’exécution du contractant,
  • prévoir que seul l’entrepreneur du consommateur aura le droit de résilier le contrat,
  • prévoir le paiement par le consommateur de frais de transfert d’un montant extrêmement excessif.

Dans le cas où un consommateur a conclu un contrat contenant des dispositions interdites, il a le droit de contester ces dispositions dans le cadre d’une procédure devant un tribunal civil. Le tribunal effectue un contrôle incident dans le cas individuel du consommateur, à savoir le client de la banque. La délivrance d’une telle action, si cela se révèle justifié, permettra à l’entrepreneur de la banque de recevoir le remboursement remboursé de l’avantage non dû de la banque qui a utilisé les clauses abusives.

En outre, il convient d’indiquer dans le titre du supplément que l’entité habilitée à effectuer un contrôle abstrait est le président de l’Office de la concurrence et de la protection des consommateurs. Le contrôle du président de UOKiK repose principalement sur une analyse des dispositions contenues dans les modèles de contrat et non sur un accord concluant que le client a effectivement conclu avec la banque.

Il convient également de rappeler que la demande de remboursement de la prestation qui n’est pas due par la banque expire au bout de dix ans. Par conséquent, la demande susmentionnée n’est pas une demande périodique dont le délai de prescription est de trois ans. Cela a été confirmé, entre autres, par le tribunal de district de Wrocław dans un arrêt du 15 janvier 2015 (dossier no II Ca 1695/14) aux termes duquel: « le bénéfice consistant en la restitution d’une prestation indue n’est pas en soi une prestation , puisqu’il s’agit d’une prestation unique dont l’exécution est régie par les termes de la loi, elle ne prévoit pas l’exécution périodique des prestations à cet égard, mais un remboursement unique d’un paiement indu. ».